Dossier Manga - Les 50 ans du Shonen Jump

Cette année le célèbre magazine de prépublication Shonen Jump fête ses 50 ans, c'est l'occasion de revenir sur l'histoire de ce magazine mondialement connu et dont les mangas publiés nous auront tant fait rêver.

 

Le magazine de la Shueisha vit le jour en juillet 1968 et fut dans un premier temps publié sur un rythme bimensuel. C'est en octobre de l'année suivante qu'il passe hebdomadaire, la forme qu'on lui connait encore aujourd'hui.

 

De 1968 à 1984

 

De sa création en 1968 jusqu'en 1980, le Shonen Jump garde un style et une ambiance mature, la patte graphique des différentes œuvres sont adultes et les thématiques variés. On retrouve aussi bien du manga sur fond historique avec des Samouraïs, des mangas de guerre, de la SF, du gag manga et les incontournables mangas de sports et de vie quotidienne. Durant cette époque, on sent l'inspiration d'Osamu Tezuka dans le découpage et la quasi-absence de tramage. On assiste néanmoins durant cette période, à l'arrivée d'auteurs qui deviendront prestigieux comme Go Nagai, Leiji Matsumoto, Tetsuya Chiba ou encore Shigeru Mizuki.

A la fin des années 70, le magazine amorce une première évolution dans son histoire avec l'arrivée de Ring ni Kakero de Masami Kurumada, de Cobra qui marquera toute une génération puis celle de Kinnikuman. Le magazine évolue, le style graphique des œuvres publiées s'il est toujours rétro est bien plus moderne et le découpage bien plus dynamique. Durant la première partie des années 80, le Shonen Jump se pare de ses premiers grands titres connus à travers le monde, avec l'arrivée de Dr Slump d'Akira Toriyama, des premières aventures de Kimengumi (avant Le collège Fou Fou Fou), de Captain Tsubasa qui suscitera un vif intérêt pour le football, sport jusqu'alors méconnu sur l'Archipel. Sans oublier Cat's Eye, première œuvre de Tsukasa Hojo à sortir dans le Shonen Jump, Wingman de Masakazu Katsura et enfin Hokuto no Ken de Tetsuo Hara et Buronson.

 

1984-1995, arrivée de Dragon Ball et de l'âge d'or du Shonen Jump

 

Le Shonen Jump va prendre une autre dimension en 1984. Peu après l'arrivée de Kimagure Orange Road, comédie sentimentale moderne de Izumi Matsumoto, Akira Toriyama revient avec un nouveau titre qui va bouleverser le monde du manga à travers le monde : Dragon Ball. Le succès est immédiat. City Hunter, deuxième œuvre de Tsukasa Hojo arrive peu après ainsi que Saint Seiya, deuxième manga de Masami Kurumada à être publié par le magazine. Dès lors, c'est l'avalanche de titres culte qui arrivent au fur et à mesure, comme Jojo's Bizarre Adventure (encore publié à ce jour), Dragon Quest - La quête de Dai (plus connu chez nous sous le nom de Fly), Vidéo Girl Ai de Katsura (première comédie sentimentale à sortir en France en 1994), Slam Dunk de Takehiko Inoue, Yuyu Hakusho de Yoshihiro Togashi et enfin en 1994, l'arrivée de Kenshin de Nobuhiro Watsuki.

En 1995, Dragon Ball se termine et le Shonen Jump perd sa locomotive, les ventes chutent.

 

L'après Dragon Ball, arrivée de One Piece en 1997 et nouvelle évolution du magazine

 

La fin de Dragon Ball aura marqué un coup d'arrêt dans la progression des ventes du Shonen Jump et il faut vite lui trouver un successeur. D'excellents titres arrivent dès 1996 dont Hoshin Engi (Hoshin, l'investiture des Dieux en France) de Ryu Fujisaki, Yu-gi-oh et I"S nouvelle oeuvre de Masakazu Katsura l'année suivante. Cela ne suffit pas à enrayer la chute du magazine et c'est l'arrivée providentielle de One Piece de Eichiro Oda en juillet 1997 qui va redonner des couleurs au magazine. Si les ventes ne reviendront jamais au même niveau que durant l'âge d'or du magazine, elles se stabilisent.

C'est durant cette époque que de célèbres mangas pour nous, actuels jeunes trentenaires, commencent à être publié sur l'archipel. On pense à Hunter x Hunter, Shaman King, Hikaru no Go, Prince of Tennis et Naruto fin 1999. On assiste à une tendance qui va se confirmer par la suite, l'arrivée massive de mangas d'aventure-combat, au détriment de certains genres comme la comédie sentimentale qui se fera plus rare ou le manga sous trame historique.

 

Passage à l'an 2000 et absence d'inspirations

 

One Piece et maintenant Naruto prennent la place de Dragon Ball comme locomotive du Shonen Jump et construisent leur trame scénaristique lentement. Ils seront rejoints par Bleach en 2001. Ils vont fonctionner sur un même modèle éditorial : délayer au maximum l'intrigue pour accroitre la longévité du titre et maintenir les ventes du magazine. Malheureusement ce modèle éditorial va se démocratiser au sein du magazine qui fera tout pour maintenir la publication de titres à succès quitte à aller à contre-courant de l'idée originale que se faisait l'auteur de son titre. C'est le cas notamment de Reborn publié de 2004 à 2012, qui sera d'abord un manga à caractère comique, puis deviendra subitement un manga de combat aux alentours du dixième volume.

Le Shonen Jump peine à se renouveler, hormis avec l'arrivée de Death Note. Les histoires fonctionnent pour la plupart avec les codes instaurés par leurs ainés et le magazine s'enlisent dans le manga d'aventure-action ainsi que le sport et la comédie sentimentale légère. Si certains titres comme Nurarihyon no Mago, Toriko, Bakuman, ou Kuroko no Basket sont sympathiques, ils ne sont pas novateurs pour la plupart.

 

 

ONE PIECE © 1997 by Eiichiro Oda / SHUEISHA Inc. SAINT SEIYA © 1986 by Masami Kurumada / SHUEISHA Inc.CAPTAIN TSUBASA © 1981 by Yoichi Takahashi / SHUEISHA Inc. BOKU NO HERO ACADEMIA © 2014 by Kohei Horikoshi / SHUEISHA Inc.