Ichiro continue de sauver les vies des victimes du massacre perpétré par Hiro mais va bientôt se faire remarquer par les médias qui voient en lui un Dieu vivant. Et très vite, ses prouesses sont diffusées à la télévision et sur internet. Tout le monde parle du sauveur de Shinjuku mais Marie, sa fille, qui marche dans la rue en entend parler par les passants qui le qualifient de "vieux" ou de "papi". Plus de doute pour elle, il s'agit bien de son père. Mais où est-il ? Il ne rentre discrètement que le lendemain à la maison et à peine arrivé, il se retrouve face à toute sa famille, la télévision allumée sur des vidéos de ses exploits diffusés dans les informations. Il révèle donc sa nouvelle identité sous sa forme robotique et voyant le regard déconcerté de sa famille, décide de partir du domicile, quand il est rattrapé par sa femme et sa fille en pleurs, le suppliant de rester. Son fils, lui, est dans l'incompréhension totale et ne semble pas accepter la situation. Hiro quant à lui à survécu à son affrontement contre Ichiro et doit faire face à la peur des habitants sur son chemin, il n'a nulle part où aller se cacher. Chokko son ami, en rentrant chez lui va le voir dans sa chambre. D'abord terrifié, il garde son calme et joue les faux-semblants en lui proposant de lire le nouveau numéro du "Shonen Jump". Il profite qu'Hiro soit occupé pour partir aux toilettes prévenir Ichiro de sa présence chez lui. De retour dans sa chambre, il le prévient qu'il a appelé Ichiro qui ne va pas tarder à arriver et en profite pour déballer son sac et sermonne Shishigami en lui demandant s'il sait combien de personnes il a tué. Totalement en pleurs devant son ami, Hiro semble bien seul pour affronter le jugement de ses actes. Hiro s'enfuit avant qu'Ichiro n'arrive. Durant sa fuite, on assiste à une allocution télévisée de Trump qui déclare que Hiro Shishigami est le plus important serial-killer mondial et qu'il mettra tout en œuvre pour l'arrêter, puis on assiste à une course-poursuite folle entre la police et l'assassin qui prend à nouveau la fuite par les airs. Le fils d'Ichiro, en rentrant de l'école, va voir un accident de la route et une fille renversée par une voiture qui sera sauvée par son père, c'est là qu'il va accepter les pouvoirs de celui-ci et vouloir devenir comme lui, le considérant comme un super-héros. La famille est à nouveau soudée autour d'Ichiro Inuyashiki et tous ensemble, ils décident de partir en ballade près de la mer. Tous coulent des moments heureux quand ils entendent plusieurs personnes parler de Trump. Tous se demande ce que le président américain a encore pu faire. C'est de retour au domicile, en allumant la télévision qu'ils tombent sur une nouvelle allocution du président qui indique qu'un astéroïde va s'écraser sur la planète dans 72h, que les pays du monde entier ont essayé de faire le maximum pour enrayer cette menace mais que rien n'est possible de faire. Il indique donc au peuple qu'il n'y a plus de lois, qu’ils sont libres de faire ce que bon leur chante, voler, violer, tuer.

On assiste donc à des scènes surréalistes comme des motards tout nus, des exhibitionnistes dans les transports en commun et même à la police qui regarde un couple faire l'amour en pleine rue. Ichiro Inuyashiki veut essayer tenter quelque chose.

 

Le précédent volume de Last Hero Inuyashiki était très décevant avec une absence de fond et une action peu passionnante. Heureusement l'auteur se rattrape avec un avant-dernier volume bien plus intéressant à bien des égards. L’histoire avance enfin, la révélation des pouvoirs d'Ichiro auprès de sa famille et la cohésion retrouvée avec ses proches qui lui vouent maintenant de l'admiration est une belle évolution. Hiro montre qu'il a des émotions et se retrouve au pied du mur, devant assumer ses actes et une nouvelle menace mondiale arrive. Rajouté à cela, des plans très efficaces avec notamment la présence d'Hiro dans l'ombre, dans la chambre de Chokko ou la course-poursuite dans la rue. Techniquement c'est une réussite. Et enfin, on a de la folie avec la dernière partie du tome où il n'y a plus de règles et où tout à chacun fait bon ce qui lui semble, ce qui permet de profiter de scènes surréalistes. Si on craignait pour l'évolution qu'allait prendre le manga dans sa toute fin, on est pleinement rassuré par ce neuvième opus de grande qualité. Plus qu'un volume pour se faire une idée finale de cette série vraiment pas comme les autres. François Verpilleux

 

 Last Hero Inuyashiki T9 - Auteur : Hiroya Oku - Editeur  Japon : Kodansha - Editeur France : Ki-oon - 22/01/2018

8

INUYASHIKI © Hiroya OKU / Kodansha Ltd.